Oeuvre sans titre de l’artiste égyptien Guirguis Lotfi , publiée pour la première fois en 2012 et exposée lors de la quatrième exposition sur l’art copte contemporain au First Residence Hotel en Egypte.

 

Par Aghaby YANNI

Paris,

Le 25/10/2019,

À mes pairs coptes d’autrefois, 

Sachez que votre héritage attire bien des convoitises. Que les uns rejettent vos racines pharaoniques, et que les autres clament votre négritude. Que les grecs se sont mêlés aux nôtres et que nous sommes devenus à la fois ces uns, et ces autres. 

Sachez que je suis désormais bâtarde de ces tiraillements. Que je ne parle plus votre langue mais que vos usages restent abondants. Partagée entre ces rives, nocive sera la pensée qui voudra me caser. Peut-être aussi suis-je colorée de Nubie, je suis métissée de couleurs, métissée de douleurs venant d’ici et d’ailleurs. 

Ici est cet héritage qui attire bien des convoitises : l’Egypte. Egypte que l’on balade entre Afrique et Moyen-Orient. Enième bousculade qui me rend bâtarde. Ce sont des mots arabes que parlent aujourd’hui mes pères, cette myriade poétique, cette langue artistique et généreuse dont je déguste les fruits. 

Cette langue qui n’est pas réellement mienne tout comme le discours que nous porte les politiques. Ces politiques de droites et d’extrêmes qui convoitent à leur guise mon emblème. 

Je suis d’ici et d’ailleurs comme la teinte ma couleur, et peu importe cette couleur, je suis de cette Afrique, ou plutôt de ces Afriques que l’on doit cesser de rendre unique. 

 

Amour de Dieu
Aghaby

Facebook
Twitter
Nullam vulputate, et, risus luctus vel, risus. sit at quis, elit.